Au cours des dernières décennies, la consommation d’aliment bio a gagné beaucoup de terrain. De nombreuses personnes pensent même que désormais, cela devrait être systématique d’acheter de la nourriture labellisée au supermarché.
Pourtant, il existe certaines choses que l’on doit connaître sur le sujet, notamment le fait que manger bio n’est peut pas être une obligation. De nombreuses recherches ont, en effet, prouvées que beaucoup d’aliments, particulièrement les fruits et les légumes, peuvent être achetés et consommés non bio.
Les recherches effectuées sur le sujet par l’EWG confirment cette hypothèse. De son côté, David Servan Schreiber, médecin français et auteur du livre Anticancer, a également émis son avis sur le fait que la pratique de la culture conventionnelle ne devrait pas poser trop de soucis pour certains produits agricole.

Comme le sujet est assez délicat et peut parfois heurter la sensibilité de certains idéalistes, je me suis un peu laissé emporter par ma curiosité. Donc, en essayant de trouver un maximum d’informations sur la culture et la consommation d’aliments bio, je suis tombée sur le site Alex et Alex que j’ai trouvé plutôt intéressant.

Le plus important à savoir sur le bio

Un fruit ou un légume labélisé bio a été cultivé selon les normes de l’agriculture biologique. Aussi, aucun pesticide ni autre produit chimique de synthèse n’a été utilisé au cours de leur culture. Ils ont poussé dans une terre où ni fertilisants artificiels ni herbicides chimique n’ont été incrustés.
Après un contrôle effectué auprès des autorités compétentes, les produits labellisés bio portent une étiquette sur laquelle est inscrit le sigle AB. Cela permet aux consommateurs de facilement les reconnaître lorsqu’ils effectuent leurs achats dans les supermarchés.

Pour les fermes biologiques, l’obtention du label bio dépend du respect de certaines normes. Pour la viande, les producteurs doivent se conformer au cahier des charges de ce que l’on appelle le « Label Rouge ».
Dans la catégorie des végétaux, un fruit qui a obtenu la certification bio dans un pays la conserve partout dans le monde, sans nécessairement passer par d’autres contrôles dans d’autres contrées. Ils pourront ainsi porter le sigle AB dans tous les rayons de supermarchés du monde entier.

Infographie du site Alex alex sur le bio et les fruits

Comment éviter les pesticides sans passer par le bio ?

Comme le biologique n’est pas obligatoire en tout temps, et qu’il est néanmoins fortement déconseillé d’ingérer des résidus de produits chimiques, il est tout à fait normal de trouver des alternatives pour consommer des produits sains et de bonne qualité.
Et même si l’achat des produits labellisés bio est la solution la plus simple, elle n’est pas non plus à la portée de toutes les bourses. Aussi, ces quelques conseils pourront vous aider à éviter de consommer des fruits et légumes infestés de toxines.

La meilleure alternative demeure le potager familial. Si vous avez un peu d’espace dans votre jardin, l’idéal serait de cultiver quelques légumes et fruits juste derrière votre maison. Pas besoin d’une grande production, quelques plants suffiront pour combles les besoins de votre petite famille. Cette pratique est également valable pour le bétail et la volaille. Si vous en avez les moyens, n’hésitez pas à investir dedans.

A défaut de pouvoir consommer vos propres produits, vous pouvez vous tourner vers les fruits rustiques. Outre le fait que ces produits soient délicieux, ils sont également de véritables sources d’éléments nutritifs, notamment de vitamines. C’est vrai que leur apparence peut freiner l’envie de les consommer, mais il faut se mettre en tête que les fruits rustiques sont meilleurs pour la santé.

Si toutefois vous n’avez pas d’autres choix que d’acheter des produits conventionnels, il ne faudra pas oublier de les laver à grande eau en les frottant rigoureusement avec une brosse. Pensez ensuite à les éplucher avant de les consommer. Cela réduira considérablement le risque d’ingérer des produits chimiques.