Fabriquer vos saucisses maison, c’est possible !

Fabriquer vos saucisses maison, c’est possible !

À l’arrivée de l’été et des premiers barbecues, la saucisse de Toulouse, la merguez ou la chipolata reviennent se faire dévorer sur nos tables. Pour les amateurs exigeants, la saucisse industrielle n’est pas à la hauteur de leurs nombreuses attentes. Les réalisations des bouchers présentent une qualité nutritionnelle inestimable. Comment être certain de ce qu’il y a dans les saucisses ? En réalisant soi-même ses propres créations, pardi !

Confectionner ses propres saucisses, pourquoi pas ?

La recette des saucisses est à la portée de tous. Simple, économique, rapide et amusante, elle permet de découvrir les dessous du métier de boucher… pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Elle offre un bon moment de partage en cuisine et tout en maîtrisant au gramme près le contenu de son assiette : une manière noble de manger plus sain, local, si possible, sans colorant, ni conservateur ! À vous le plaisir de dire, au moment d’allumer le barbecue : « C’est moi qui l’ai fait » !

La composition de la saucisse du débutant

Pour commencer à faire vos saucisses vous-même, l’idéal reste de se tourner vers la recette de type « mêlée ». Celle-ci contient au tiers des viandes maigres et des morceaux gras pour le dernier tiers. Le choix de l’animal — volaille, cochon, bœuf ou agneau — reste libre en fonction des goûts et du contenu du réfrigérateur.
La viande de la saucisse intègre :
• Une partie maigre majoritaire : épaule, échine, rouelle, cuisse ;
• Une partie grasse minoritaire : gorge, lard gras, bardière (bacon), peau.

Le matériel nécessaire à fabrication de saucisse

La confection de saucisses maison implique toutefois l’achat de matériel indispensable. Cependant, ce matériel s’avère peu coûteux et accessible aux non professionnels. Si, dans un premier temps, il s’agit simplement de hacher les ingrédients, il faut ensuite pousser les ingrédients dans un boyau. Cette technique s’appelle l’embossage.
Pensez à vous munir :
• D’un hachoir à viande ou d’un mixeur suffisamment grand pour contenir tout ou partie de votre viande.
• Si vous avez un hachoir à viande, ajoutez-y un tube d’embossage.
• Si vous n’avez pas de hachoir équipé d’un tube, optez pour un poussoir à saucisse domestique disponible dans le commerce.

La recette de la véritable saucisse maison

Voici les ingrédients de base pour fabriquer 1 kg de saucisses en vrac :

• 700 gr de viande maigre ;
• 3000 gr de gras ;
• 10 gr de sel ;
• Poivre et épices au choix ;
• 50 gr de liquide (vin ou eau) ;
• 3 mètres de boyaux spécial saucisse.

La recette :

• Étape 1 : Placez les boyaux dans l’eau froide une demi-heure.
• Étape 2 : Hachez « menu » la viande.
• Étape 3 : Ajoutez le liquide et l’assaisonnement.
• Étape 4 : Embossez vos saucisses selon les indications de la notice de votre appareil.

Bon appétit !

Laissez libre-court à votre imagination !

Maintenant que vous maîtrisez la technique, à vous de personnaliser vos saucisses selon vos goûts. Vin, fromage, épices, fruits, légumes… Les agréments ne manquent pas pour rendre vos réalisations encore plus délicieuses. Veillez toutefois à ce que vos compléments ne dépassent pas 15 % du poids total de la viande.

Yaourt maison : il est temps de vous lancer

Yaourt maison : il est temps de vous lancer

Rien ne vaut un bon yaourt maison ! Frais, onctueux et qui plus est très sain, c’est le roi de nos repas, du réveil au coucher. Dessert, collation ou même sauce allégée, le yaourt prend de multiples formes et son goût s’avère toujours plus subtil. Vous avez envie de faire votre yaourt maison, mais vous craignez de faire du flan ? Ne manquez pas nos conseils pour réussir de superbes réalisations. Bio, nature, aux fruits ou aromatisée, impressionnez vos proches avec une belle coupe maison.

Trois noms pour un délice

Il répond en effet aux doux noms de yaourt, mais également de yogourt ou yoghourt. Les trois appellations sont acceptées dans la langue française, même si la première a détrôné ses concurrentes. Il est vrai qu’il existe près de 400 dénominations différentes pour le désigner. Cette préparation culinaire, hautement appréciée, se compose de lait, préalablement fermenté dans lequel se trouve des bactéries lactiques. Ces petits champignons forts utiles font « vivre » et évoluer la préparation, jusqu’à atteindre la saveur et l’aspect désirés.

Le yaourt d’origine était turc

L’histoire du yaourt est une aventure qui ne date pas d’hier. La première mention de son existence remonte au XIe siècle, dans l’Empire ottoman. Il est arrivé dans les Balkans au XIe siècle. Il est désormais très populaire également au Proche-Orient. L’arrivée de cette préparation en France remonte à 1542. François 1er souffrait de problèmes digestifs. Il a demandé à son allier Turc, Soliman Le Magnifique de lui dépêcher un médecin. À l’époque, cette médecine était particulièrement à la pointe. Le docteur a concocté un « yaourt » à base de lait de brebis qui a soulagé le roi de ses maux.

Les secrets d’un bon yaourt maison

Pour fabriquer un yaourt maison, il suffit de se procurer deux ingrédients essentiels :
• du lait, entier, bio, etc. ;
• des ferments lactiques en pharmacie ou en magasin bio.
Les yaourts vendus dans le commerce contiennent aussi une part de ferments. Il existe des méthodes pour « ensemencer la préparation », moyennant une durée de fabrication plus longue.

Comment procéder pour réaliser ses propres yaourts ?

Vos courses réalisées, vous êtes prêts à vous lancer dans la confection de vos tout premiers yaourts. La dernière étape consiste à vous procurer de matériels nécessaires.
Il reste possible de fabriquer un yaourt avec :
– Une yaourtière : elle aide à obtenir une bonne préparation directement dans des pots après une macération à 40 °C pendant environ 8 h.
– Au four : cela permet de mieux maîtriser la température.
– À la cocotte-minute : pour environ 6 h.
– Ou, à défaut, d’un radiateur.
Au cours du processus, vous pouvez ajouter des saveurs ou des fruits au lait. Une fois les yaourts terminés, placez-les immédiatement au réfrigérateur et consommez-les dans les 12 jours.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre lors de la confection de ses yaourts ?

Souvent les débutants découvrent après plusieurs heures de dur labeur leur préparation désespérément liquide. En effet, si le lait a « vibré » ou a été bougé pendant la phase de fermentation, il y a fort à parier que celle-ci ne se soit pas faite correctement. Il convient de bien faire cuire les fruits avant de les ajouter au mélange lait/ferments. Si à la fin du processus, le yaourt a un goût caillé très prononcé, c’est probablement l’amertume des fruits frais qui a fait tourner le lait.

Comment réussir son vin chaud ?

Comment réussir son vin chaud ?

Il existe des rituels qui rassemblent et qui réchauffent. Celui du vin chaud ne manque pas de panache. Sur un marché, pendant ses courses de Noël, sur les pistes de ski, ou au cours d’un repas de famille, il se déguste de préférence à l’extérieur quand il fait froid. Il offre une pause hors du temps et aide à combattre à nul autre pareil les frimas. Chaleureux, doux et à l’odeur entêtante, le vin chaud est un rituel rare et précieux. Ni trop sucrée, ni trop chaude, ni trop amère, sa confection n’est un art qui ne s’improvise pas. Voici quelques clefs pour le réussir.

Quel vin choisir pour son vin chaud ?

S’il n’est pas nécessaire d’opter pour un grand cru, le vin chaud ne mérite pas non plus une vulgaire piquette. Il se prépare avec du vin blanc ou du vin rouge. Selon les goûts, il peut être plus doux ou demi-sec. En revanche, il est préférable de sélectionner une teneur faible en tanins, comme ceux qui sont élevés en fûts de chêne, par exemple. En outre, une acidité trop importante, comme chez les vins trop secs, risque d’altérer le goût à la cuisson. Le vin le plus indiqué pour la cuisson est plutôt jeune. Chez les rouges, optez plutôt pour un gamay, un pinot noir ou un merlot. Côté blanc, choisissez de préférence un vin d’Alsace du type pinot blanc, sylvaner ou riesling.

Que choisir comme épices dans son vin chaud ?

Les épices relèvent le goût du vin, lui apportent de la profondeur et une chaleur unique. Mais attention, une forte dose ou des épices de mauvaise qualité et risques forts de ruiner la dégustation.
Les épices qui constituent la note aromatique classique sont les suivantes :

• clous de girofle,
• cannelle.

Pour amateurs de notes fruitées, quelques zestes d’agrumes apportent de la fraîcheur à la préparation.

Comment personnaliser son vin chaud ?

Il demeure possible de personnaliser son vin chaud en fonction de ses goûts.
Plutôt doux ou fort ?

• Pour un mélange corsé : gingembre, l’anis étoilé, baie rose ou quatre-épices.
• Pour un mariage sucré : fenouil, la cardamome, la vanille.

Quel sucre choisir pour son vin chaud ?

Côté sucre, méfiance ! Les épices renforcent l’amertume du vin chaud, il reste donc indispensable de le sucrer. Pour les réfractaires à l’ajout de sucre, sachez que les édulcorants naturels ajoutent un goût prononcé, incompatible avec la recette… Privilégiez plutôt, le sucre roux ou la cassonade ou bien encore le sucre complet au sucre blanc. Le miel reste aussi bienvenu.
Le dosage du sucre dépend :

• Du vin : plus il est doux, plus le mélange est déjà sucré.
• Des épices : proportionnellement à la dose de sucre.

Comment concocter du vin chaud ?

La recette de vin chaud reste simple et ne nécessite aucun ustensile autre qu’une casserole.

1. Faites chauffer le vin rouge doucement.
2. Ajouter le sucre ou le miel.
3. Incorporez les éventuels fruits ainsi que les épices.
4. Couper le feu, laisser infuser.
5. Pour déguster, retirez les épices, réchauffez et servez !

Attention : pour préserver tous les arômes du vin, des fruits et des épices, il est primordial de ne pas faire bouillir la casserole !

Faire son guacamole, l’incontournable pour cet été

Faire son guacamole, l’incontournable pour cet été

L’été sera vert ou ne sera pas ! La course au guacamole ne s’arrête plus ! Cette douce purée d’avocat venue du Mexique fait sursauter les papilles et rafraîchit le palet. Inscrite au Patrimoine culturel de l’UNESCO, sa recette à base d’avocat, de piment et de tomate a fait le tour du monde. Sur l’île de Cuba, il se déguste mélangé avec de l’ananas. Pour la petite histoire, le mot guacamole se compose de deux éléments : guaca, est l’abréviation d’aguacate, qui signifie avocat et mole, qui veut dire sauce en espagnol. Si vous aimez tremper des dips dans cette sauce mythique, vous apprécierez également la facilité de sa recette, forcément caliente !

Comment choisir son avocat ?

Un avocat bien vert cache sa maturation. Difficile de savoir si, une fois ouvert, il sera aura atteint la maturité parfaite. La tige trahit la maturité du fruit. Elle s’accroche à l’avocat en pleine maturité et se détache une fois mûre. Un bon signe indicateur au moment l’achat !
La pleine saison de ce fruit va d’octobre à juillet. Raison de plus pour en faire son ingrédient favori, une bonne partie de l’année !

Comment confectionner son guacamole maison ?

La recette du guacamole maison s’avère simplissime. Pour le matériel, optez pour une fourchette, plutôt qu’un mixeur, afin de bien vous assurer qu’il restera des morceaux d’avocat dans votre sauce.

Pour réaliser un guacamole maison, vous avez besoin :

• de deux avocats presque mûrs ;
• de deux petites tomates épépinées ;
• d’une moitié d’oignon rouge ;
• d’un bouquet de coriandre ;
• du jus d’un citron vert ;
• d’un peu de piment (à votre convenance) ;
• d’une cuillère à soupe d’huile d’olive (facultatif).

Important : La chair de l’avocat a tendance à noircir à l’air libre. Pour ralentir le processus, arrosez-là de jus de citron.
La première étape de la préparation consiste à écraser l’avocat dans un bol. Une fois une purée irrégulière obtenue, il suffit d’y ajouter tous les autres ingrédients et de les incorporer doucement au mélange vert. Servez frais !
Pour le conserver plus longtemps au réfrigérateur, il convient de le placer dans une boîte hermétique et de le recouvrir d’eau. Avec l’acidité de citron, cela retardera l’oxygénation. Il est également possible de congeler sa purée d’avocat pour la ressortir à tout moment. Pour cela, les bacs à glaçons sont tout indiqués.

Quelles sont les applications possibles du guacamole ?

Le guacamole se consomme la plupart du temps en apéritif. Les puristes y trempent une tortillas, une chips de maïs pour en savourer l’étonnant mariage. Mais il existe de nombreuses manières de le déguster. Elle présente notamment une astuce bien connue des végétariens.

Que faire avec du guacamole en cuisine ?

• En Amérique Latine, il sert de sauce pour accompagner son burrito, par exemple. Il relève doucement les viandes et les poissons.
• Il présente une délicieuse tartinable de début de repas.
• Nature (sans piment ni coriandre), il remplace le beurre (si, si) dans un fondant au chocolat végan et diététique.
• Dans un sandwich, il remplace la mayonnaise avec moins d’apports caloriques.

Le taboulé façon Stéphane de Maison Matthieu

Le taboulé façon Stéphane de Maison Matthieu

Salut, c’est Stéphane de la Maison Matthieu, c’est l’été et je vais réaliser plusieurs fois par semaine un de mes plats préférés aujourd’hui je vous partage mon taboulé. 

Je n’ai pas une recette, mais un principe de recettes, que je vous invite à vous approprier pour réaliser vos taboulés. D’ailleurs vous en trouverez des dizaines de recettes sur autant de blogs. Alors laissez moi évoquer les grands principes que j’applique dans ma cuisine. 

 

Mes 3 grands principes : 

 

1.La semoule est hydratée par le jus des légumes qu’on ajoute, mixés. On met autant de légumes que de semoule. Conclusion : on utilise des légumes riches en jus. Les stars : concombre et tomate, mais c’est également vrai d’une orange (en jus), de poivrons ou de radis. Vous pouvez ajouter quelques légumes plus secs, toujours mixés, pour la couleur et les saveurs : carottes, oignons, échalotes.

 

2. Sel et huile d’olive. Souvenez vous que le taboulé n’est pas une salade de semoule. C’est une salade salée (la plupart des taboulés maison sont fades), de semoule et d’huile d’olive (alors on y va généreusement). 

 

3. Mariez votre taboulé !! Avec votre taboulé maison vous pouvez déguster  une petite salade de roquettes à peine assaisonnée, avec une tartine de fenouil space Skobi , des poissons fumés comme le maquereau de la Maison Matthieu, voire un petit fromage frais crémeux recouvert d’un filet de miel liquide. Une petite mechouia maison (ou bien celle de Bidaian si on pas le temps. Ou tout cela dans la même assiette ! Laissez libre court à votre imagination.

 

Les produits de nos artisans Temps Gourmand, parfait pour accompagner vos repas d’été

 

Pour ceux qui aurez besoin d’une recette comme dans les livres la voici :

Les ingrédients pour réaliser votre taboulé :

Pour réaliser cette recette vous pouvez utiliser  :

  • 200 g de semoule
  •  1 concombre
  • 2 belles tomates
  • le jus d’une orange
  • 1 poivron 
  • ½ botte de radis
  • 1 carotte
  • 1 oignon
  • du persil plat selon votre goût
  • mélange d’épices pour poissons de Sarabar
  • 6 cuillères à soupe d’huile d’olive

 

Mixez tous les légumes chacun leur tour et déposez les sur la semoule, avec le sel et l’huile d’olive. ajoutez les épices. Mélangez. 

Laissez reposer le tout pendant une heure au réfrigérateur. Goûtez, ajustez en sel.

Salez généreusement, il en est du taboulé comme du pain, c’est le sel qui en révèle toutes les saveurs et il vaut mieux trop saler que de le rendre ennuyeux !

 

Mon taboulé que j'ai fait hier soir avec du kimchi de chez Skobi

Mon taboulé que j’ai réalisé hier soir

 

Je l’ai dégusté avec un petit mélange de légumes de chez Skobi, leur fenouil space . La prochaine fois j’ajouterais un maquereau fumé

 

Recette : Linguine à la poudre de Poutargue

Recette : Linguine à la poudre de Poutargue

Découvrez la recette des Linguine à la poudre de Poutargue de la famille Benisti.  Agrémentez, vos pâtes avec les saveurs puissantes et complexes de cette fameuse poudre. La poutargue aussi appelée boutargue est une spécialité méditerranéenne. Les poches d’œufs sont extraites d’une catégorie de poisson appelée mulet ou muge. Les œufs sont ensuite nettoyés, salés et séchés, on obtient alors  la poutargue. Elle est ensuite mise sous vide ou sous cire. La poudre de poutargue quant à elle est constituée des œufs séchés moulus.

 

Pour réaliser cette recette il va vous falloir :

  • 1 demi gousse d’ail par personne
  • 1 courgette par personne
  • 2 cuillères à café de poudre de poutargue par personne
  • Du parmesan selon votre gout
  • Des linguine, 100 g par personne

 

Coût de la recette pour 2 personnes :

  • Poudre de poutargue 5€ les 50 g
  • Autres : environ 5€
  • Coût de la recette par personne environ 5€
  • Temps de préparation : 20  min
  • Niveau : Accessible

 

Commandez la poudre de poutargue sur Temps Gourmand

Comment préparer les Linguine à la poudre de Poutargue ?

Couper la gousse d’ail en fine lamelles, les faire frire dans une grande poêle et les réserver.

Râper grossièrement les courgettes et les faire revenir à feu vif dans la même poêle. Les saler légèrement.

Pendant que les courgettes cuisent faire cuire les pâtes.

Quand les pâtes sont cuites al dente bien sûr, les incorporer aux courgettes avec l’ail frit, feu allumé.

Ajouter une petite louche d’eau de cuisson, mélanger, puis râper le parmesan selon votre gout, et ajouter une cuillère de poudre de poutargue par personne, et mélanger encore un peu, toujours feu allumé.

Servir, et saupoudrer chaque assiette d’une cuillère à café de poudre de poutargue .

 

Envie d’une alternative ? Vous pouvez aussi couper de fines tranches de poutargue entière et les déguster avec vos pâtes. Exquis.