Quels sont les bienfaits de la sardine ?

Quels sont les bienfaits de la sardine ?

Pêchée dans le monde entier, la sardine est un régal quand nous la savourons grillée, ou bien en conserve à emporter de partout. Bien qu’elle renferme une grande quantité d’arêtes très fines. Sa chair est remplie de bons nutriments. Quels sont les bienfaits de la sardine ?

Quels sont les bienfaits sur la santé de la sardine ?

En effet, la sardine renferme 6 propriétés nutritionnelles pour contribuer à notre bonne santé.

  • Bonne pour le cœur : La sardine est remplie d’oméga 3 et de vitamine B12. Elle prévient le risque de maladies cardio-vasculaires.
  • Renforce les os avec sa vitamine D, son phosphore et son calcium. Elle contribue à lutter contre l’ostéoporose qu’elle soit fraîche ou en conserve. Qu’elle soit dégustée avec ou sans ses arêtes.
  • Riche en minéraux : une boîte de sardines contient l’équivalent de 35 % de l’apport quotidien recommandé en calcium. 15 % en fer, 10 % en potassium et 45 % en phosphore.
  • Alliée des sportifs. Grâce à son aide précieuse dans la santé musculaire avec ses protéines de qualité.
  • Poisson à petit prix. Elle permet de faire le plein d’acides gras oméga-3, bons pour votre cœur.
  • La sardine affiche un bon taux de fer (1,67 mg/100 g). Il est triplé lorsqu’on la consomme en conserve.

Comment choisir la sardine ?

En conserve ou fraîche, découvrez comment bien choisir sa sardine.

• La sardine tout juste pêchée : C’est l’idéal. Choisissez une sardine ferme, à l’œil brillant et sans tache de sang au niveau des ouïes sont des gages de fraîcheur. Pensez à prendre un sac isotherme pour la transporter en la laissant au frais.
Au niveau de la conservation, ne la laissez pas plus d’un à deux jours au réfrigérateur.

En conserve, préférez les sardines extra ou première catégorie.
Vous pouvez retrouver une large gamme de sardine en conserve :  la fameuse sardine à l’huile bien sûr, mais aujourd’hui il y a une grande diversité de recettes, pour le plus grand plaisir des amateurs : Sardine à l’huile d’olive, sardine d’arachide, sardine à la tomate, sardine au piment, sardine au citron… ou encore au naturel, sans huile.

D’ailleurs, attention, les sardines en conserve sont aussi habituellement plus riches en sodium que les sardines fraîches : rincez les sous l’eau avant dégustation pour enlever une partie de leur sel.
Au final, on peut dire que les sardines sont bonnes pour la santé, qu’elles soient fraîches ou en conserve : les utiliser en alternance permet de varier les saveurs !

Enfin, je vous recommande les conserves de sardines entières à l’huile d’olive de Cantabrie. Ce sont celles qui sont les plus riches en nutriments en général. Alors, à part si vous ne pouvez vraiment pas supporter le poisson, il n’y a aucune excuse pour ne pas en avoir quelques boîtes de sardine de réserve dans votre placard.

Comment faire son saumon gravlax ?

Comment faire son saumon gravlax ?

Pour changer du classique saumon fumé surtout en période estivale. Laissez-vous tenter par le saumon gravlax . Le gravlax ressemble au saumon fumé en plus parfumé et plus tendre mais le grand plus, c’est que c’est fait maison. Découvrez notre recette saumon gravlax !

Qu’est ce que le saumon gravlax ?

D’abord, le mot gravlax provient du terme « Graavilohi », c’est le nom finlandais, tandis qu’on dit « gravlaks » en Norvège, « graflax » en Islande et « gravlax » au Danemark et en Suède. Gravlax est une contraction de « gravad lax », qui signifie littéralement « saumon enterré ». Il s’agit d’une spécialité scandinave dans laquelle le saumon est mariné dans un mélange de sel, de sucre et d’aneth.

En effet, c’est l’origine de la recette, les filets de saumon salés et parfois aromatisés de baies et d’herbes étaient serrés entre deux morceaux d’écorce. Puis, on plaçait des pierres par dessus pour évacuer le surplus d’eau, puis on les enfouissait dans le sable. Aujourd’hui lorsque nous parlons de gravlax, nous désignons un mode de préparation du poisson, plutôt du saumon, dans une marinade contenant a minima du sel, du sucre et de l’aneth.

Enfin, il se sert sous forme de fines tranches en carpaccio. Comme il s’agit d’une préparation à base de poissons crus marinés, la préparation d’une marinade gravlax permet de rendre la chair du saumon fondante, savoureuse et délicatement parfumée au sel, mais aussi à l’aneth, au sucre et au poivre blanc.

Comment faire faire la marinade gravlax ?

D’ailleurs, le gravlax est préparé à partir de filets de saumon cru auxquels on ajoute du sel (pour environ 10 % du poids du poisson), une touche de sucre, du poivre blanc et de l’aneth, ainsi que d’autres épices si vous souhaitez relever votre saumon.
Puis la préparation est couverte de film alimentaire et placée sous des poids. Les filets sont laissés à mariner et conservés au froid durant deux à trois jours.

Une fois marinés, les filets sont débarrassés de leur garniture et de l’eau en surplus puis tranchés, prêts à être savourer.

Recette du saumon gravlax : mode d’emploi en 3 étapes

Pour réaliser votre saumon gravlax maison, il vous faut du :

• Filet ou plusieurs pavés de saumon
• Gros sel
• Sucre en poudre
• Aneth

1) Disposez les pavés ou filets de saumon dans une grande boîte étanche. Saupoudrez-les de sucre puis de gros sel. Saupoudrez-les ensuite généreusement d’aneth ou de thé fumé selon vos envies.

2) Fermez la boîte et mettez-la au réfrigérateur. Laissez mariner pendant 48 heures en retournant les pavés toutes les 12 heures.

3) Au moment de servir, retirez le thé ou les herbes et épongez soigneusement les pavés avec du papier absorbant. Coupez des tranches fines avec un couteau bien aiguisé.

En effet, pour avoir un saumon gravlax réussi, il faut un savant équilibre avec 60% de sel et 40% de sucre.

Avec quoi déguster votre saumon ?

De plus, avant de déguster, enlever la marinade du saumon, coupez les filets en fines tranches et servez en entrée ou en plat principal. Vous ne pourrez pas vous en passer !

Enfin, le saumon gravlax peut être servi aussi avec une sauce aux herbes, des blinis ou des tranches de pain. Sans oublier le jus de citron.
Pour plus d’originalité, vous pouvez le servir avec une sauce aromatisées au cumin et accompagné de pommes de terre.

Tout savoir sur les bienfaits du poisson fumé…

Tout savoir sur les bienfaits du poisson fumé…

Le poisson fumé est il bon? Et frais, fumé, en papillotes ou au four… ? Vous savez probablement que le poisson fumé est bon pour la santé. Mais connaissez-vous ses qualités nutritionnelles et les bienfaits sur notre corps ? Tout savoir sur les bienfaits du poisson fumé

Quels sont les bienfaits du poisson ? Quels sont les bienfaits du poissons fumés ?

Quels sont les bienfaits du saumon fumé ?

Premièrement, le saumon fumé présente en effet de multiples propriétés pour notre organisme.

Le saumon fumé est riche en protéine

Le saumon est un poisson composé de 20 g de protéines pour 100g. Sa teneur en protéines en fait un aliment de choix pour les personnes qui veulent perdre du poids. Mangez votre saumon fumé en entrée ou plat, il peut constituer l’essentiel de votre repas. Une seule tranche de saumon fumé couvre  en effet 15 à 20 % de notre besoin quotidien en protéines.

Ce poisson est riche en acide gras

Le saumon est un poisson gras, il constitue une bonne source d’acides gras notamment ces fameux acides gras essentiels, les omégas 3. Les omegas 3 sont bons pour le cœur, la circulation. Ils luttent contre certaines maladies inflammatoires et les maladies cardio-vasculaires.
Cependant, le saumon fumé fait partie des poissons « gras » dont la consommation hebdomadaire est officiellement recommandée par le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Une seule tranche de saumon fumé de 35 g couvre une grande partie de nos besoins quotidiens en oméga 3, essentiels à notre alimentation.

Il n’est pourtant pas si calorique

De plus, bien qu’on parle de poisson gras, le saumon a une teneur en matières grasses inférieure à 15 %, soit 170 calories aux 100 g. Ce qui en fait un aliment moins riche que le steak haché.
Enfait, cela peut vous paraître trop gras, mais rappelez-vous qu’il s’agit d’acides gras insaturés essentiels et des vitamines capables de dissoudre les graisses.

Le saumon fumé est riche en vitamines

Riche en vitamines B, en minéraux et en oligoéléments, le saumon fumé est un aliment très intéressant pour notre santé
Après cela, une seule tranche de saumon fumé assure 15 à 20 % de nos besoins quotidiens en vitamine D. De plus, le saumon fumé contient également d’autres vitamines, ainsi que des minéraux et des oligoéléments.

Quels sont les bienfaits du haddock fumé ?

Le haddock est un poisson blanc fumé. Quand il est frais, on l’appelle églefin. Le haddock peut être un bon choix pour apporter à son organisme des protéines, des oméga-3, de minéraux et de vitamines, tout en conservant un apport calorique raisonnable.
Cependant, pauvre en graisses, riche en protéines et en minéraux, le haddock présente de nombreuses vertus diététiques.

Le haddock est maigre en acides gras

Par ailleurs, contrairement aux autres poissons, le haddock n’est pas un poisson gras, mais un poisson maigre, avec seulement 90 calories pour 100 g de chair. Le haddock contient des antioxydants jusqu’au bout des arêtes.
De même, les acides gras du haddock permettent à l’organisme d’avoir un cœur en bonne santé, grâce à l’action des antioxydants sur les artères.

Ce poisson est riche en minéraux et protéines

Le haddock est très riche en protéines, en acides aminés. Les protéines du poisson sont meilleures pour la santé que celles apportées par certaines viandes, notamment la viande rouge, qui contiennent trop de graisses saturées.
Et de nombreux minéraux, tels que le magnésium, le sodium et le calcium, sont présents dans le haddock.

Quels sont les bienfaits du maquereau fumé ?

Le maquereau est un poisson gras contenant des acides gras en oméga-3 qui lui confèrent des avantages pour notre santé.

D’ailleurs, ces acides gras sont connus pour agir sur plusieurs plans dans l’organisme, notamment en réduisant la tension artérielle, les triglycérides sanguins et la formation de caillots sanguins, diminuant ainsi les risques d’athérosclérose.

Le maquereau est riche en phosphore

Le maquereau est une excellente source de phosphore. Il joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents.

Ce poisson est riche en magnésium et sélénium

Le maquereau est une excellente source de magnésium. Le magnésium participe au développement osseux, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Il joue aussi un rôle dans le métabolisme de l’énergie et dans la transmission de l’influx nerveux.

Il est riche en vitamines

En enfin, le maquereau contient des vitamines A, B3, B12 et D. La vitamine A est nécessaire à la vision, la vitamines B3 et B12 jouent un rôle indispensable sur le métabolisme humain, et la vitamine D permet la fixation du calcium sur l’os.

D’une façon générale, le poisson est une excellente source de protéines complètes puisqu’il renferme les neuf acides aminés essentiels nécessaires à notre organisme.

De plus, en sushi, en carpaccio, accompagné d’une crudité, avec le poisson vous avez un repas équilibré, riche en nutriments et surtout délicieux. Préférez le saumon fumé artisanal bien meilleur pour votre santé.

Sprats : Qu’est ce que les sprats ?

Sprats : Qu’est ce que les sprats ?

Le sprat est un petit poisson proche de la sardine, savoureusement fumé puis mariné dans l’huile offre un goût puissant en bouche. Découvrez les origines des sprats fumés et comment les déguster.

Qu’est ce que les sprats ?

Les sprats de Riga sont aussi appelés menuise, blanquette, anchois de Norvège, sprot, esprot, beaucoup de noms pour un si petit poisson ! Ce sont de petits poissons des eaux froides que nous retrouvons dans la mer Baltique tout comme le hareng ou la morue.
Dos bleuté, ventre argenté, ce poisson se confond souvent avec les jeunes harengs de part sa taille. Il mesure entre 10 à 15 cm, et par sa couleur.

De plus, l’adulte se nourrit de petits animaux et l’alevin se nourrit de phytoplancton. Le sprat (Sprattus sprattus en latin) se déplace généralement en groupe et forme des bancs qui se meuvent verticalement au rythme de l’intensité de la lumière.
Considéré depuis toujours comme un mets de choix dans les pays de l’Est. Les sprats sont de plus en plus en vogue en France depuis quelques années.

Comment sont pêchés ces petits poissons ?

Par ailleurs, la pêche au sprat se pratique entre le sud des fjords de la Norvège et la mer du Nord. Ils sont péchés à l’aide d’une senne coulissante. C’est une technique de pêche durable. Utilisée uniquement pour pêcher les espèces pélagiques (sardines, sprats, thon… ). Cette technique permet de sélectionner le poisson pour éviter les rejets et le gaspillage.
De plus, la pêche au sprat se fait en surface. Cela évite ainsi de toucher les fonds marins et de déranger l’écosystème.
Ils sont conservés dans les filets pendant au moins trois jours, le temps que les intestins se vident.

Découvrez Temps Gourmand

Comment est il vendu ?

D’ailleurs, une fois pêchés, les sprats sont nettoyés et triés à la main puis fumés au bois d’aulne, un arbre typique de Lettonie, selon une méthode artisanale de fumage.
Enfin, commercialisés en conserves sous le nom de petites sardines fumées de Riga. Les sprats sont élaborés avec soin, en bord de mer, dans une petite usine au savoir-faire traditionnel. Cela en fait un incroyable petit poisson fumé !

Puis, ils sont ensuite rangés à la main un par un dans leurs conserves et bocaux et marinés à l’huile pour conserver tout leur fondant jusqu’à leur dégustation.

Comment déguster les sprats ?

Les consommateurs ont découvert les sprats de Riga dans de jolies boîtes au couvercle transparent. Ce qui laisse entrevoir la belle couleur dorée du sprat une fois fumé.

En outre, ce petit poisson est extrêmement fondant. Ils sont riches en protéines et acides gras oméga 3. Les sprats de Riga, sont aussi une excellente source de vitamines D et B12.
A l’apéritif avec du pain et du beurre salé ou cuisinés, les sprats fumés apportent leur saveur iodée et leur goût de fumé à des recettes. Comme par exemple des quiches, des salades, des cakes ou encore des pizzas… c’est un délice !

Quelles sont les valeurs nutritionnelles des sprats?

Enfin, le sprat est particulièrement riche en protéines, en acides gras oméga-3. Cela prévient et réduit le développement de maladies cardiovasculaires. Ils ont une action bénéfique sur le cerveau. Nous retrouvons aussi de la vitamine D, indispensable à l’absorption du calcium. Cela entretient et fortifie nos os et du sélénium. Un élément important d’une enzyme qui lutte contre les processus chimiques nocifs dans l’organisme.

Tarama industriel : Comment est il frabriqué ?

Tarama industriel : Comment est il frabriqué ?

Les dessous de la fabrication du tarama industriel pour ne plus se faire avoir par les colorants et autres additifs.

Nous avons tous déjà vu quelques blinis recouverts de tarama sur la table de l’apéro. Cette mystérieuse crème d’oeufs de poisson rose, voir rose fluo pour certaines marques. Tellement rose, que certains se demandent même si le tarama est une vraie recette ou une mixture inventée par les industriels. Pour la réponse, eh bien… le tarama est une vraie recette. C’est l’un des classiques de la gastronomie Grecque. Il est loin d’être rose. Place aux explications !

Comment est fabriqué le tarama industriel ?

La fabrication du tarama pour les industriels, c’est un peu comme celle du jambon. Si c’est rose, c’est parce que le consommateur le veut comme cela. Nous ne saurons jamais qui des industriels ou des consommateurs a “instauré” le tarama rose. Mais ce qui est sûr c’est que nous n’avons pas vraiment demandé à manger des pucerons écrasés.

Vous avez bien lu : le colorant E120 rouge est fabriqué avec des Dactylopius coccus, une variété de cochenilles d’Amérique du Sud. Et c’est ce colorant que l’on utilise pour faire du tarama. Mais aussi des cosmétiques, soda, bonbons, médicaments, etc… La France est d’ailleurs l’un des plus gros importateur de colorant E120.

Une fois déshydratées, ces petites bêtes sont réduites en poudre. Ils donnent une teinte rouge, due à un acide qu’elles produisent. Avec une production de 3000 tonnes de tarama par an, les industriels français ont cherché à réduire les coûts. Et si vous avez lu notre article sur les additifs alimentaires, vous savez déjà que tout cela se passe au niveau des ingrédients. Et la clé de votre plaisir gastronomique (et de votre santé), c’est de lire l’étiquette.

https://www.tempsgourmand.fr/content/6-decouvrez-temps-gourmand?utm_source=interne&utm_medium=article&utm_campaign=blog

Recette originale du tarama

La recette originale est plutôt simple : des oeufs de cabillaud fumés, du pain sec, du lait et de l’huile d’olive accompagnés d’un peu de citron et d’oignon.

Pourtant, certains de ces simples ingrédients ont été remplacés par d’autres, moins chers. Par exemple le pain s’est transformé en chapelure et l’huile d’olive, en huile de colza/tournesol bien moins coûteuse.

On en vient à se demander s’il y a bien des oeufs de cabillaud dans le tarama industriel… Pour qu’un tarama puisse être considéré comme tel, il doit contenir au moins 25% d’oeuf de cabillaud. Mais rien n’indique d’où doivent venir ces oeufs ni s’ils doivent être frais.

En effet, la plupart des taramas que l’on retrouve dans les rayons de supermarché sont réalisés à partir d’oeuf congelés. Puis ils sont transformés une sorte de pâte liquide pour pouvoir en produire toute l’année. Quant à la provenance des poissons… nous la cherchons encore ! Elle est souvent indiquée sur les taramas artisanaux : forcément lorsque l’on sait d’où viennent les poissons, c’est qu’on les a pêchés ou achetés au port local et préparés soi-même.

Au milieu de l’étiquette, un ingrédient assez singulier pour un produit à base de poisson : du sirop de glucose ou du sucre. Pourquoi du sucre dans le tarama ? Tout simplement car il va venir couvrir des goûts désagréables en bouche. Plusieurs ingrédients de basse qualité mélangés ensemble font rarement un mélange savoureux, il faut donc dissimuler tout ça sous une bonne dose de sucre.

Pour compléter le tout, plusieurs additifs sont ajoutés : conservateurs, acidifiants, exhausteurs de goût… Une recette bien éloignée de celle de la gastronomie Grecque.

Et le vrai tarama artisanal ?

Malgré tout, on trouve du vrai bon Tarama mais pour cela il faut s’éloigner un peu des grands supermarchés. D’ailleurs, le vrai tarama n’est pas du tout rose mais plutôt coquille d’oeuf / vanille, des couleurs plus discrètes mais surtout plus naturelles.

Quelques conserveries méditerranéennes préparent leur propre tarama : les oeufs sont récupérés sur les poissons issus de la pêche locale puis préparés à la main et la recette est cuisinée “comme à la maison”, sans conservateurs ni autre substituts.

Le tarama est aussi très facile à préparer à la maison. Les ingrédients sont de ceux que l’on a tout le temps dans la cuisine et les oeufs de cabillaud se trouvent facilement en supermarché ou magasins spécialisés.

En dégustant un tarama artisanal ou fait maison, on redécouvre le goût délicat des oeufs de cabillaud fumés dans une recette justement travaillée.Et on se régale, tout simplement.

Une pêche raisonnée et durable est possible

Une pêche raisonnée et durable est possible

Tout d’abord, mettre en place une pêche durable pour demain c’est possible. En effet, cela commence par changer nos habitudes de consommation.

“Un poisson sur trois pêché en mer ne finira pas dans votre assiette car il aura été pêché par erreur, qu’il n’aura pas atteint la taille adéquate ou qu’il n’aura pas réussi à être conservé sur toute la chaîne.” C’est ce que nous annonce la FAO. C’est l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture dans son dernier rapport. Près de 35% des prises mondiales de poissons sont ainsi gaspillées chaque année. Pourtant cela pourrait être évité en changeant les méthodes de pêches de masse contre une pêche durable. Et en faisant un petit effort sur notre consommation.

Qu’est ce la pêche durable ?

Littéralement, ce sont les principes du développement durable appliqués à la pêche. Autrement dit : Limiter l’impact sur l’environnement, protéger les espèces menacées. Donc utiliser des méthodes de pêches sélectives pour éviter le gaspillage et laisser le temps au poisson de se développer.

Avec un record de 171 millions de tonnes de poissons et crustacés pêchés en 2016, le constat est d’autant plus alarmant. La surpêche et les techniques de pêche comme le chalutage de fond appauvrissent peu à peu les mers et océans de leur poissons et crustacés.

C’est pour changer ces habitudes que la notion et les principes de la pêche durable ont été mis en place. Comme tout animal, le poisson a besoin d’un certain temps pour se développer, or, avec une pêche de masse même les poissons les plus petits sont attrapés.

Nous sommes habitués à avoir du poisson partout et tout le temps, pourtant comme la viande ou les végétaux, il lui faut du temps pour être prêt à être pêché.

C’est encore et toujours pour une question de coûts que la pêche durable n’est pas plus répandue. En effet, difficile pour les industriels de vendre du poisson à bas prix lorsqu’on en attrape qu’un à la fois… Aujourd’hui, cela devient pourtant plus que nécessaire pour pouvoir continuer à manger du poisson.

Découvrez Temps Gourmand

La pêche durable

Certaines pêcheries et conserveries ont déjà mis en place la pêche durable. C’est le cas de la conserverie des Açores, Santa Catarina, spécialisée dans le thon Bonite.

Depuis plus de 20 ans elle pêche ses thons à la ligne, l’une des méthodes de pêche sélective. Les thons sont donc pêchés un à un, par un petit pêcheur qui ne cherche pas à tout prix à aller les attraper. Mais qui attend tout simplement que les poissons mordent en les attirant avec un système de son qui reproduit le bruit des petits poissons. Cela permet de pêcher uniquement le poisson dont on a besoin, sans impacter les autres créatures sous-marines ni leur écosystème.

Et la conserverie de Santa Catarina

Grâce à cette méthode de pêche, Santa Catarina s’est vue certifiée “Friends of the sea” et “Dolphin Safe” par Greenpeace. Le label “Friends of the sea” est similaire au label français “Pêche durable”. Il certifie le respect de l’environnement, de l’écosystème et du poisson. Il permet aussi d’assurer une traçabilité complète du poisson.

Le label “Dolphin Safe” permet quant à lui d’assurer la protection des dauphins dans le processus de pêche de la conserverie. En effet dans les pêches industrielles il n’est pas rare que des dauphins se retrouvent au milieu de filet et soient ainsi tués.

Santa Catarina est d’ailleurs la seule pêcherie de thon au monde à avoir reçu ces deux labels. C’est signe de son implication dans la protection de l’environnement marin.

Conserves de thon Santa Catarina

C’est avec ce thon exceptionnel que la conserverie crée des conserves…exceptionnelles ! Le poisson est pêché à maturité. Tout comme les condiments cueillis localement qui accompagnent les conserves. Il est ensuite amené à l’atelier pour être préparé et mis en conserve à la main.

Un travail rapide grâce à un savoir-faire précis qui assure une bonne conservation du poisson.

Une pêche raisonnée et durable, une conserverie artisanale et un goût délicieux. C’est tout ce qu’il faut pour faire une bonne conserve de poisson. Et c’est pour cela que Marius, notre sardineur, a sélectionné la conserverie Santa Catarina pour Temps Gourmand.