21 ème écrit du livre I des Fables de Jean de La Fontaine, “les frelons et les mouches à miel” s’avère être une fable on ne peut plus actuelle. Elle est aussi et surtout à l’origine d’un adage très célèbre « à l’oeuvre on connaît l’artisan ». En effet cette dernière n’est pas la plus connue, mais elle est certainement une dont le sens est intemporel. Grâce à cette fable, nous mettons en lumière les comportements d’achat et de consommation des français qui évoluent continuellement et qui ont été remis en cause pendant la crise sanitaire .

Ci-dessous la fable  :

Les Frelons et les Mouches à miel 

A l’oeuvre on connaît l’Artisan.

Quelques rayons de miel sans maître se trouvèrent :

Des Frelons les réclamèrent ;

Des Abeilles s’opposant,

Devant certaine Guêpe on traduisit la cause.

Il était malaisé de décider la chose.

Les témoins déposaient qu’autour de ces rayons

Des animaux ailés, bourdonnants, un peu longs,

De couleur fort tannée, et tels que les Abeilles,

Avaient longtemps paru. Mais quoi ! dans les Frelons

Ces enseignes étaient pareilles.

La Guêpe, ne sachant que dire à ces raisons,

Fit enquête nouvelle, et pour plus de lumière

Entendit une fourmilière.

Le point n’en put être éclairci.

« De grâce, à quoi bon tout ceci ?

Dit une Abeille fort prudente,

Depuis tantôt six mois que la cause est pendante,

Nous voici comme aux premiers jours.

Pendant cela le miel se gâte.

Il est temps désormais que le juge se hâte :

N’a-t-il point assez léché l’Ours ?

Sans tant de contredits, et d’interlocutoires,

Et de fatras, et de grimoires,

Travaillons, les Frelons et nous :

On verra qui sait faire, avec un suc si doux,

Des cellules si bien bâties. « 

Le refus des Frelons fit voir

Que cet art passait leur savoir ;

Et la Guêpe adjugea le miel à leurs parties.

Plût à Dieu qu’on réglât ainsi tous les procès !

Que des Turcs en cela l’on suivît la méthode !

Le simple sens commun nous tiendrait lieu de Code ;

Il ne faudrait point tant de frais ;

Au lieu qu’on nous mange, on nous gruge,

On nous mine par des longueurs ;

On fait tant, à la fin, que l’huître est pour le juge,

Les écailles pour les plaideurs.

 

 

Une fable intemporelle

 

Comme dans la fable de la Fontaine, vous croisez tous les jours des frelons. Des usines agro-alimentaires avides, qui prétendent faire les produits authentiques lorsqu’ils n’en font que de détestables copies, taillées pour le profit. 

Et bien comme les guêpes qui les jugèrent, et rendirent aux abeilles leur honneur, vous les gourmitons êtes celles et ceux qui disent qu’un saucisson, ça n’est pas entouré de talc, qu’un saumon fumé ça conserve le goût du poisson, qu’un biscuit ça n’a que quelques ingrédients, dont aucun n’a le nom d’un procédé chimique, qu’un jambon ça n’est pas rose fluo, qu’une confiture ça n’est que du sucre et du fruit. Vous êtes ceux qui disent maintenant, comme en tout temps, qu’à l’oeuvre, on connaît l’artisan.  Ça n’est pas seulement grâce aux abeilles, nous autres artisans défendons des produits sains et savoureux, que nous allons continuer à faire de nos terroirs des créateurs de bonne nourriture, c’est aussi grâce aux guêpes, qui choisissent de leur faire honneur en achetant leurs produits. 

Depuis plusieurs années nos modes de consommation évoluent, La crise sanitaire et la période de confinement que nous avons vécues ont révélé des réflexes bien ancrés dans les habitudes de consommation des français.

 

Comment le confinement a bouleversé nos comportements d’achat ?

 

Le confinement a bénéficié à la consommation de produits biologiques et locaux, cependant les achats en vrac ont fortement diminué au profit de produits préemballés. Les français auraient-ils fait passer la sécurité sanitaire avant leurs préoccupations écologiques ?

Les ventes de produits d’hygiène, de nettoyage, de désinfection et la décontamination général et systématique des emballages des denrées alimentaire a mis à rude épreuve la tendance zéro-déchet et pesticides.

Comme le montre si bien l’article rédigé par MADE, les comportements d’achat des français ont considérablement évolué :

+ 1,2 million de foyers supplémentaires ont testé le drive ou la livraison sur la première semaine de confinement dont près de 500 000 retraités

7,4 millions de foyers ont acheté au moins une fois par mois un produit de grande consommation en ligne. Un an plus tôt, ce chiffre n’était que de 4,9 millions.

“La proximité est devenue le 4e critère de choix des Français durant la 5e semaine du confinement alors qu’il était seulement 7e au début de la période. 79 % d’entre eux déclarent ainsi acheter des produits locaux aussi souvent que possibles.”

La crise sanitaire a eu le mérite de mettre en exergue les limites de la mondialisation. Selon Sophie de Reynal, directrice marketing “le confinement n’a pas duré assez longtemps pour que des nouvelles habitudes observées (retour aux fourneaux) s’ancrent, d’autant que les changements qui se sont opérés ont été contraints et non souhaités. La crise économique qui va gagner la planète va remettre la question du prix au cœur des motivations d’achat”.

 

Dans notre société actuelle l’instantané est devenue la règle. On observe que des initiatives émergents pour redonner sens au temps qui passe et inventer de nouveaux modèles pérennes. D’après Edgar Morin, philosophe et sociologue, l’accélération financière et technologique, profondément déconnectée du rythme de l’être humain, mène notre société à l’épuisement. 

Certains comme Temps Gourmand refuse de se soumettre aux diktats de l’urgence et de l’immédiat, pour redonner du sens aux modes de consommation. 

 

Notre collectif Temps Gourmand 

 

Le collectif Temps Gourmand est une aventure plurielle, qui réunit depuis 4 ans maintenant des producteurs, artisans et paysans, et des consommateurs gourmands en quête de produits de qualité, la communauté des gourmitons

La valeur ajoutée : des produits du terroir et des relations durables et saines entretenues entre les producteurs et les gourmitons.

Commandez sur Temps Gourmand

Commandez sur Temps Gourmand

Aux professionnels, restaurateurs et épiciers, La force de Temps Gourmand ? Proposer des produits d’exception, jusque là inaccessibles à un circuit de distribution classique. 

Pour les producteurs, Temps Gourmand est plus qu’un simple site e-commerce, c’est un lieu d’échange et de soutien. Le collectif s’entraide et échange des idées, des recettes. Une des illustrations en est la réaction commune au moment du confinement, avec une initiative de réduction des frais de transport #solidaires, et la mise en ligne de nouvelles recettes #des paillettesdansvosassiettes.