Tout d’abord, mettre en place une pêche durable pour demain c’est possible. En effet, cela commence par changer nos habitudes de consommation.

“Un poisson sur trois pêché en mer ne finira pas dans votre assiette car il aura été pêché par erreur, qu’il n’aura pas atteint la taille adéquate ou qu’il n’aura pas réussi à être conservé sur toute la chaîne.” C’est ce que nous annonce la FAO. C’est l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture dans son dernier rapport. Près de 35% des prises mondiales de poissons sont ainsi gaspillées chaque année. Pourtant cela pourrait être évité en changeant les méthodes de pêches de masse contre une pêche durable. Et en faisant un petit effort sur notre consommation.

Qu’est ce la pêche durable ?

Littéralement, ce sont les principes du développement durable appliqués à la pêche. Autrement dit : Limiter l’impact sur l’environnement, protéger les espèces menacées. Donc utiliser des méthodes de pêches sélectives pour éviter le gaspillage et laisser le temps au poisson de se développer.

Avec un record de 171 millions de tonnes de poissons et crustacés pêchés en 2016, le constat est d’autant plus alarmant. La surpêche et les techniques de pêche comme le chalutage de fond appauvrissent peu à peu les mers et océans de leur poissons et crustacés.

C’est pour changer ces habitudes que la notion et les principes de la pêche durable ont été mis en place. Comme tout animal, le poisson a besoin d’un certain temps pour se développer, or, avec une pêche de masse même les poissons les plus petits sont attrapés.

Nous sommes habitués à avoir du poisson partout et tout le temps, pourtant comme la viande ou les végétaux, il lui faut du temps pour être prêt à être pêché.

C’est encore et toujours pour une question de coûts que la pêche durable n’est pas plus répandue. En effet, difficile pour les industriels de vendre du poisson à bas prix lorsqu’on en attrape qu’un à la fois… Aujourd’hui, cela devient pourtant plus que nécessaire pour pouvoir continuer à manger du poisson.

Découvrez Temps Gourmand

La pêche durable

Certaines pêcheries et conserveries ont déjà mis en place la pêche durable. C’est le cas de la conserverie des Açores, Santa Catarina, spécialisée dans le thon Bonite.

Depuis plus de 20 ans elle pêche ses thons à la ligne, l’une des méthodes de pêche sélective. Les thons sont donc pêchés un à un, par un petit pêcheur qui ne cherche pas à tout prix à aller les attraper. Mais qui attend tout simplement que les poissons mordent en les attirant avec un système de son qui reproduit le bruit des petits poissons. Cela permet de pêcher uniquement le poisson dont on a besoin, sans impacter les autres créatures sous-marines ni leur écosystème.

Et la conserverie de Santa Catarina

Grâce à cette méthode de pêche, Santa Catarina s’est vue certifiée “Friends of the sea” et “Dolphin Safe” par Greenpeace. Le label “Friends of the sea” est similaire au label français “Pêche durable”. Il certifie le respect de l’environnement, de l’écosystème et du poisson. Il permet aussi d’assurer une traçabilité complète du poisson.

Le label “Dolphin Safe” permet quant à lui d’assurer la protection des dauphins dans le processus de pêche de la conserverie. En effet dans les pêches industrielles il n’est pas rare que des dauphins se retrouvent au milieu de filet et soient ainsi tués.

Santa Catarina est d’ailleurs la seule pêcherie de thon au monde à avoir reçu ces deux labels. C’est signe de son implication dans la protection de l’environnement marin.

Conserves de thon Santa Catarina

C’est avec ce thon exceptionnel que la conserverie crée des conserves…exceptionnelles ! Le poisson est pêché à maturité. Tout comme les condiments cueillis localement qui accompagnent les conserves. Il est ensuite amené à l’atelier pour être préparé et mis en conserve à la main.

Un travail rapide grâce à un savoir-faire précis qui assure une bonne conservation du poisson.

Une pêche raisonnée et durable, une conserverie artisanale et un goût délicieux. C’est tout ce qu’il faut pour faire une bonne conserve de poisson. Et c’est pour cela que Marius, notre sardineur, a sélectionné la conserverie Santa Catarina pour Temps Gourmand.