Alors que les gens prennent de plus en plus conscience de l’importance d’une nourriture saine,il n’y a jamais eu autant d’additifs ajoutés aux produits de l’industrie agro-alimentaire. Dans mon article sur les plats préparés, je vous affirmais que nous mangeons chaque jour, en moyenne, 40% de produits ultra transformés. Je suis certaine que beaucoup d’entre vous ne se sont pas sentis concernés par cette statistique, et pourtant…

Partons simplement du premier repas de la journée, le petit-déjeuner : entre le café en capsule, la margarine, les céréales, le pain, la confiture, le jus d’orange, les yaourts et j’en passe, nous comptons pas moins d’une dizaine d’additifs qui en font bel et bien des produits ultra-transformés. Et nous pourrions continuer comme ça pour tous les repas de la journée…finalement les 40% ne sont plus très loin !

Alors apprenez-en plus sur les additifs chimiques et naturels, et comment les réduire au sein de notre alimentation.

Qu’est ce qu’un additif alimentaire ?

C’est une substance que l’on incorpore dans la préparation d’un produit alimentaire pour l’améliorer autrement que nutritivement. C’est à dire, pour en changer la couleur, le goût, l’aspect, la conservation, etc…

Les additifs peuvent être naturels ou complètement synthétiques, ce qui est majoritairement le cas. Ils sont utilisés pour contrôler les produits industriels, créés à grande échelle. Forcément, entre notre cuisine et une usine agro-alimentaire, il y a une différence de production !

Pour s’assurer que le produit est similaire à chaque préparation, peu importe la saison ou les ingrédients disponibles, on lui ajoute des additifs à chaque étape. Ainsi, de sa préparation à sa vente au consommateur final, en passant par son conditionnement et son transport, le produit ne bouge pas.

Il y a aujourd’hui 388 additifs autorisés par l’EFSA (Comité scientifique de l’Agence européenne des aliments). Dans les étiquettes, ils sont reconnaissable grâce à leur code “EXXX”.

On distingue 5 grandes familles d’additifs :

  • les colorants (à partir de E100), ils servent à modifier la couleur du produit, souvent à la rendre plus vive et attrayante.
  • les conservateurs (à partir de E200), ils permettent de garder le produit en bon état plus longtemps et d’éviter la moisissure et les bactéries.
  • les antioxydants (à partir de E300), ils font en sorte que le produit ne rancisse pas et ne change pas de couleur.
  • les agents de texture (à partir de E400), ils servent à rendre la texture et l’aspect d’un produit plus agréable.
  • les exhausteurs de goût ( à partir de E600), ils permettent d’intensifier la saveur d’un produit ou de masquer un goût désagréable.

Découvrez Temps Gourmand

Quels sont les additifs alimentaires à éviter ?

Avant d’autoriser un additif, il est soumis à plusieurs tests afin de définir quelle est la quantité maximum à ingurgiter par jour sans que cela n’affecte notre santé et/ou le bon fonctionnement de notre organisme. Cela montre bien, qu’en fait les additifs de synthèse ne sont pas vraiment conseillés. Je vous l’accorde, ce n’est pas très rassurant !

Pour réaliser les tests, les additifs sont d’abord testés scientifiquement puis incorporés à l’alimentation d’animaux, et plus particulièrement des rats, à plus ou moins long terme. S’il n’y a pas d’effets secondaires, ils sont alors autorisés à une certaine dose.

Cependant, l’EFSA manque encore de données scientifiques pour quelques additifs, dont certains se sont révélés être dangereux pour la santé à long terme.

En voici une très petite liste non exhaustive ( on relève près de 90 additifs à éviter) :

  • le dioxyde de titane (E171), un colorant blanc que l’on retrouve notamment dans les bonbons gélifiés, pâtisseries, plats préparés et même dentifrice ! Il a été prouvé qu’il faisait apparaître des lésions précancéreuse du côlon.
  • le glutamate (E621), un exhausteur de goût que l’on retrouve dans les conserves de légumes, boissons gazeuses, sauce soja, etc… Il a tendance à favoriser le diabète et l’obésité.
  • le nitrite de sodium (E250), un conservateur que l’on retrouve notamment dans le jambon et la charcuterie (retrouvez notre article sur le jambon industriel). Il augmente lui aussi les chances de développer un cancer du côlon.
  • les phosphates (E339 à E343, E450 à E452), antioxydants que l’on retrouve dans les sodas, laits en poudre. Aussi utilisés comme agents de texture dans les nuggets, pizzas et charcuteries. Une large consommation de phosphore est associée à un risque plus élevé de maladies cardio-vasculaire et rénales.

Il y a t-il des additifs alimentaires naturels ?

Maintenant que vous n’osez plus rien toucher dans votre cuisine, il est temps de vous rassurer ! Il existe aussi des additifs naturels, extrait de substances animales et végétales présentent dans la nature.

Ce sont souvent des colorants (extraits d’épices, de graines ou encore d’algues), mais aussi des agents de texture (par exemple l’agar-agar qui remplace la gélatine animale ou la gomme de Guar qui remplace la levure chimique).

Ce sont des alternatives plus saines par rapport aux additifs synthétiques mais aussi plus coûteuses. Les additifs alimentaires naturels sont donc très peu utilisés dans les productions à grande échelle mais vous pouvez les retrouver facilement pour les utiliser à la maison.

Comment manger moins d’additifs ?

La réponse est simple : cuisiner des petits plats maisons à partir de produits bruts. Plus facile à dire qu’à faire, je vous l’accorde. Il est en effet difficile de trouver un produit brut sain en supermarché.

Même si on ne le retrouve pas forcément sur l’étiquette, la viande et le poisson ont souvent été traités et se sont vus agrémentés de conservateurs (notamment pour garder la viande bien rouge plus longtemps).

Le choix le plus évident à faire alors est de se tourner vers les commerçants de proximité et petits producteurs. Mais attention, là encore assurez-vous que votre boucher (ou poissonnier) sait d’où vient sa viande, voire même la choisit lui même.

Choisir des produits de qualité et sains demande un peu plus d’attention et de temps, mais être sûr que l’on mange quelque chose de bon pour notre santé, cela n’a pas de prix.

Chez Temps Gourmand, ces enjeux sont au cœur de nos préoccupations et nous choisissons de travailler avec des petits producteurs choisis pour leur valeurs, leurs méthodes d’élevages et leur savoir-faire authentique, pour vous assurer des produits toujours sains : jambon sans nitrite, saumon fumé artisanal, plats préparés